Les empierrements

Modifié par Gretel Kerkhofs le 23/04/2012

© Steven Bogaerts
© Marlux
© Marlux
Solutions provisoires

- Lorsque, après la construction, le budget est insuffisant pour un empierrement prêt-à-l’emploi, vous pouvez opter pour un empierrement provisoire.
- Choisissez dans ce cas des gravillons cassés, du sable de béton ou des cailloux. De cette manière, non seulement vous entrerez avec des pieds propres dans la maison, mais vous aurez déjà une bonne base pour la finition ultérieure du chemin d’accès.
- L’installation du granulat de roche est un jeu d’enfant, séparez le tas, laminez bien le fond et vous pourrez en profiter pendant quelques années.
- Si vous voulez utiliser le sous-sol aussi comme fondation pour le futur empierrement, veillez à ce qu’il soit à tel point à niveau, qu’au moment de la finition, vous pourrez continuer à travailler sans déblayer.

Conseils
- Matériaux laissant passer l’eau; granulats sans gravillons, cailloux, dolomites ou porphyres.
  • Désavantages: vous pouvez les abîmer en roulant et donc vous devrez les remplir dans quelques années.
  • Un sous-sol non adapté aux enfants; vous pouvez toujours vous envaser avec le vélo
  • Avantages: bon marché et agréable à l’environnement.
- Matériaux laissant passer l’eau à moitié; briques, pavés,...
  • Les matériaux sont placés avec un jointoiement ouvert qui laisse passer l’eau.
  • A l’intérieur des briques, vous avez encore le choix entre les briques en béton et les briques en argile. Ces dernières sont les vraies briques et sont d’ailleurs plus résistantes à l’usure que leurs contreparties en béton.
- Finitions ne laissant pas passer l’eau; telles que les dalles, le béton poli ou l’asphalte.
  • Les dalles peuvent encore être divisées en matériaux en béton ou en pierre naturelle.

Installation
- Lorsque vous optez après l’achèvement de la maison pour une couche de granulats provisoire, vous pourrez l’utiliser ultérieurement pour l’installation de la couche de finition.
- Dans l’autre cas, vous devrez creuser suffisamment profondément et pourvoir une fondation solide. Veillez à ce que celle-ci soit suffisamment remblayée.
- Sur la couche de fondation, une couche de pavage sera placée pour y déposer les briques, les pavés ou les dalles. C’est en général une couche de sable stabilisé (mélange de ciment et de sable rhénan).
- Un nouveau type de matériau pour la couche de pavage est la pierraille, du calcaire réduit en poudre. Celui-ci se lie légèrement par le fait de mélanger de l’eau, ce qui garantit un sous-sol solide. Il permet également d’exécuter facilement des réparations.
- Les modèles que vous choisissez pour l’installation du pavage c’est comme la couleur, d’une part, une question de goût et d’autre part, déterminés par le style de la maison et du jardin.
- Les coloris peuvent d’ailleurs être un complément dans le concept du jardin. En hiver, ils apportent par exemple de la couleur dans le jardin. Le modèle choisi offre également une certaine atmosphère.

Entretien
- Un empierrement avec un jointoiement ouvert ne restera pas sans mauvaises herbes. Vous pouvez les combattre avec un produit de déracinage ou les brûler. Pour le premier choix, vous devrez le faire deux fois par pour obtenir un succès, si vous les brûlez, même jusqu’à trois fois par an.
- Vous pouvez attaquer la mousse avec un produit anti-mousse. Un traitement au printemps devrait suffire pour jouir d’une terrasse sans mousse.

Découvrez les conseils de nos experts

Brochures pour revêtements de sol

Plus d’info ?