Le conseiller couleurs: quelques trucs et astuces pour la cuisine

Modifié le 1/01/1900

© Levis
© Levis
© Levis
verte
© Levis

On repeint la cuisine selon ses envies, dans la couleur qui nous plaît, mais quel est le rôle des couleurs dans une cuisine ? Y-a-t’il des couleurs qui ouvrent l’appétit, d’autres qui vous donnent de l’énergie dès le matin ? La réponse à ces questions et bien d’autres encore, nous les avons obtenues auprès d’Isabelle De Ganck, conseiller couleurs chez AkzoNobel.


Actif ou passif?

Si l’envie nous prend de repeindre une pièce, il est utile de réfléchir à la fonction de celle-ci. Est-ce une pièce active ou passive ? Une pièce passive est un espace où l’on passe fréquemment, un espace où les activités impliquent effectivement des actions, comme un garage, un couloir, un bureau ou une cuisine. Un espace passif, c’est une pièce où l’on n’est pas très actif. C’est par exemple le séjour, la pièce télé, ou la chambre à coucher. Bien entendu, une pièce active requiert des couleurs actives. C’est ce qu’on appelle les couleurs froides: le bleu, le vert et toutes les nuances de ces coloris. Les couleurs passives ou couleurs chaudes sont alors le rouge, l’orange et le jaune.


Cuisiner ou manger?

Dans le cas d’une cuisine, on fait la différence entre la cuisine où l’on se borne à cuisiner, mais où l’on prend parfois aussi ses repas. Dans la partie « cuisine » à proprement parler, on peut utiliser des couleurs vives, mais dans la partie « repas », il faut les atténuer afin de ne pas subir de stimuli trop agressifs pendant le repas. On peut donc y utiliser l’orange, le jaune et le vert, des teintes qui sont sensées ouvrir l’appétit.
Le noir ou le blanc?

La couleur du mobilier joue bien évidemment un rôle, il faut essayer d’utiliser des couleurs complémentaires. A l’heure actuelle, on voit de plus en plus de mobilier noir pour les cuisines. Si vous optez pour le blanc, vous êtes dans le bon, le sécurisé, mais vous allez créer une cuisine passive, relativement monotone. Le noir est d’ailleurs une teinte neutre qui se combine avec toute une gamme de coloris les plus divers.


Petite ou grande?

La cuisine est généralement l’une des plus petites pièces de la maison. Pour lui donner une impression de spatialité, il faut tenir compte de l’emplacement de la fenêtre. Il est alors avisé de poser les accents sur les autres murs. Autre conseil pour agrandir visuellement la cuisine, c’est de peindre les châssis et les portes dans la même couleur que les murs.

La pièce sur la photo comprenant les petites chaises blanches est le coin petit déjeuner. La couleur jaune aux nuances vertes donne de l’énergie, permet de recharger ses batteries pour tenir le coup toute la journée. L’autre couleur utilisée ici est un blanc cassé : du blanc mélangé à une teinte claire. Comme ce blanc cassé comporte une petite touche de jaune, la transition vers le mobilier blanc se fait tout en douceur, sans heurts.

La pièce sur la photo comprenant l’armoire marron se veut un rappel de la nature. Le marron est mis en contraste avec le vert, deux teintes que l’on retrouve dans la nature. Le parquet a été exécuté dans un matériau naturel, que dire de plus ?

Dans la cuisine, aux accents rouges, le fourneau en inox et le revêtement de sol affichent des matériaux froids. Les accents rouges confèrent un peu de chaleur à la pièce. Ici aussi, on a utilisé du blanc cassé pour créer une transition tout en douceur. Une règle d’or qui a été appliquée ici : on crée une homogénéité dans l’espace s’il existe une homogénéité dans les coloris et les matériaux.

Dans le dernier exemple, on utilise énormément de matériaux naturels; Etant donné que ceux-ci sont plutôt chaleureux, on a opté pour des teintes froides. Dans ce cas, le vert. Cette cuisine est un bel exemple de la façon d’amener l’extérieur à l’intérieur. Le vert se propage de part et d’autre.

Auteur: Isabelle De Ganck – Levis – Akzo Nobel -- février 2011

Découvrez les conseils de nos experts

Plus d’info ?