Une maison pour la vie

Modifié par Vinciane Pinte le 28/06/2012

Nos besoins en termes d’habitat changent constamment au cours de notre vie. Les enfants grandissent et finissent par quitter la maison, les grands-parents viennent s’y installer ou nous devenons moins valides. Une habitation se doit d’être flexible et adaptée à ces changements de vie.
© Arkana
© Aannemingen Verelst - © Dominic Verhulst
© Stessens
Longueville
© Groep Huyzentruyt
© Durabrik
© Victor

Lors de l’achat d’une maison ou au moment de l’élaboration du plan, nos choix sont dictés par la situation familiale du moment. Pour un jeune couple, les enfants feront toute la différence entre l’achat d’un appartement ou d’une maison avec jardin.

Et pourtant, nous devons songer à l’avenir. Les enfants finissent toujours par partir. En moyenne, les enfants restent une vingtaine d’années comparées aux 50, voire 60 années de vie que vous passez dans la même habitation. Comment gérer cet espace libéré?
Tenez aussi compte de votre état physique. Etes-vous encore toujours en forme et valide?

Habitation flexible

Tenez compte de ces questions qui restent pour l’heure sans réponse. Vous pouvez tenir compte de la situation future en construisant de manière flexible. Une habitation flexible est prête à vous accueillir toute votre vie.

Cela commence dès le choix de la maison ou du terrain à bâtir. Choisissez un terrain ou une habitation non loin du cœur du village ou du centre ville. Ainsi vous serez assuré d’une bonne accessibilité par les transports en commun et vous pourrez vous rendre à pied aux importants lieux publics tels la maison communale, la bibliothèque, le centre culturel, le centre sportif, …, les commerces et les restaurants.

Travaillez selon un plan flexible. Organisez les pièces de telle manière qu’elles puissent être réunies plus tard pour une nouvelle affectation. Un bureau ou un débarras peut être transformé en chambre à coucher. Un débarras jouxtant la cuisine peut facilement devenir une salle de bains si vous prévoyez cette éventualité bien à l’avance, au moment de la construction.

Pensez ‘out the box’

Construire flexible signifie aussi que vous devez oser vous écarter des concepts et idées conventionnels d’habitat. Veillez à ce que toutes les fonctions importantes – cuisine, salle de bains, séjour et UNE chambre à coucher – se situent au même niveau.
Vous pouvez aussi aller plus loin. Si plus tard, vous souhaitez accueillir vos parents chez vous, vous pouvez compartimenter l’habitation. Veillez dès lors à ce que chaque compartiment – par exemple tout un étage – dispose d’une entrée séparée, d’une salle de bains et d’un séjour.

Un autre exemple. Vous pouvez consacrer aux enfants une zone bien distincte dans la maison avec leurs chambres à coucher et un espace de jeux qui pourront tous être réaménagés plus tard sans problème. Quand les enfants quitteront la maison, cette zone pourra être mise en location ou devenir un appartement pour les parents qui viennent s’installer chez vous.

Ecartez-vous aussi de l’utilisation traditionnelle des matériaux pour garantir cette flexibilité. Pensez par exemple à ce que les hourdis ou dalles de sol se prolongent sur toute la largeur ou longueur de la maison. Une telle portée vous permettra plus tard de facilement éliminer ou déplacer des murs intérieurs. Ceci implique bien entendu que vous optiez pour une structure de mur légère en plaques de plâtre ou que vous choisissiez un bloc de construction léger et qu’il n’y ait aucune conduite dans ces parois murales.

Le souci du détail

Il faut non seulement accorder une sérieuse réflexion au plan et à la structure mais aussi aux détails. Veillez à ce que les portes (90 cm) et les couloirs (120 cm) soient suffisamment larges pour y accueillir une chaise roulante. En effet, vous pourriez vous retrouver en chaise roulante rien que pour une fracture de la jambe et là où une chaise roulante passe, une voiture d’enfant passe aussi, très facilement.

Prévoyez de l’espace pour un ascenseur. Ce n’est pas nécessairement de l’espace perdu. Prévoyez notamment un petit débarras au rez-de-chaussée, et au même endroit à l’étage, et optez pour un plancher. Ainsi vous aurez déjà votre cage d’ascenseur.

Pensez aussi à une installation technique flexible de telle sorte que l’intégration future de la domotique, de capteurs lumineux, de prises électriques à une hauteur déterminée, d’un vidéophone…ne pose aucun problème.

Evitez par ailleurs les seuils et veillez à ce qu’il y ait suffisamment de marge de manœuvre au niveau de l’entrée, de la salle de bains, du lavabo, du lit,… de telle sorte qu’on puisse y accéder en chaise roulante.